Regards extérieurs : Pascal Leveuvre

En 2014, inov-On a proposé à ses collaborateurs, sur la base du volontariat, de se faire accompagner par des coachs. Professionnel, accrédité et certifié, Pascal Lefeuvre est spécialiste en psychologie positive. Il intervient, dans toute la francophonie, en tant qu’expert en croissance des potentiels humains et des dynamiques de groupes.

Eclaircissement sur sa pratique et sur sa vision de l’entreprise libérée

Développer son potentiel et sa performance, ça passe par la compréhension de ses propres mécanismes, de ce qui se passe dans les relations et arriver à créer autour de soi un climat où chacun se sent à la hauteur, important et apprécié des autres. Ça, c’était déjà ma ligne de conduite. Ce qui a fait que quand je me suis retrouvée dans l’entreprise libérée, je me suis retrouvée chez moi, dans mon bocal.

L’entreprise libérée comme une révélation

J’apprends aux personnes à conjuguer mieux être et efficience individuelle et collective : je les aide à associer, collectivement, le développement du capital humain au profit des performances économiques. Pour pouvoir exercer mon métier, un postulat de départ : je dois rencontrer des entrepreneurs humanistes – dans les faits, au-delà des mots.
Je connais Alexandre (Gérard) depuis 15 ans. Quand il s’est lancé dans l’entreprise libérée, je me suis dit que ce qu’il faisait était bien. Ça nourrissait mes valeurs en fait. Je suis pour la philosophie de cette entreprise : le développement du capital humain. Pour moi l’entreprise libérée appartient à ce concept.

Et puis, prenons une image : pour nettoyer un escalier, il faut toujours commencer par la première marche. Très bien, commençons déjà par le haut, la tête, et puis descendons. C’est ce qui se passe chez inov-On. Je pense qu’aujourd’hui la majorité des patrons ont besoin de travailler sur eux : « pourquoi je suis patron ? Quelle est ma relation au pouvoir et à l’argent ? Comment je fais confiance aux autres ? » Le travail est énorme ! Et dans l’entreprise libérée, il y a toute cette mécanique-là qui se met en place.

Globalement, la libération d’une entreprise demande à sortir de sa zone de confort : j’ai « mes sacs à dos » mais ça marche quand même alors pourquoi changer ? C’est inconfortable de se mettre en déséquilibre et pourtant, seul le déséquilibre va créer le mouvement. Dans la réalité, la maxime : « quand on veut, on peut » ne fonctionne pas car nous avons tous une mécanique homéostatique (qui résiste au changement) par laquelle nous pensons : « Oh non, moi je suis bien avec mon travers. » Et donc, pour sortir de sa zone de confort, il faut se faire accompagner.

Et concrètement, en quoi consiste cet accompagnement ?

Pendant la période d’accompagnement, je développe deux grandes phases qui tuilent un peu. D’abord, la clarification des objectifs : je dois comprendre, ce qui est fondamental, « d’où en est l’autre ». Quand l’autre vient vous voir avec un problème, en fait ce n’est pas avec son problème en tant que tel qu’il vient mais avec une représentation de sa problématique. Il faut aller creuser. Ainsi, pendant la première phase, à l’aide d’outils de diagnostic, l’autre découvre sa vie sous un autre angle. Ensuite, nous opérons un renforcement de son camp de base, de ce qui fait son essence. Dans notre vie, chacun de nous a développé un camp de base plus ou moins stable et équilibré. Donc, une fois que nous avons compris d’où nous allions partir, nous commençons à rééquilibrer le camp de base, à le développer et à le renforcer. Les résultats sont inconcevables, immédiats, visibles et durables. Attention toutefois, comme ce qui compte ce n’est pas « ce que l’on sait » mais « ce que l’on fait de ce que l’on sait », surtout ne croyez pas ce que je dis… Expérimentez-le !

Partager l'article :Share on Facebook18Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn69Email this to someone

A propos de l'auteur

Alexandre GERARD

Co-Animateur du groupe inov-On où nous tentons de cultiver une certaine idée du bonheur...