Le patron d’EGIS, Frederic Roques en quête du bonheur au travail

Egis France, filiale du groupe Egis, exerce dans le domaine de l’ingénierie des infrastructures pour le compte, essentiellement, des collectivités locales.

a_propos_degis2

La société créée fin 2011 est le résultat de fusions successives de onze sociétés distinctes, fusions réalisées entre 2007 et 2011 afin de s’adapter aux évolutions du marché.

Il y a trois ans, lorsque Frédéric Roques prend la direction de l’entreprise d’ingénierie, il constate que les différentes fusions ont profondément marqué ses collaborateurs et que beaucoup sont en souffrance.

Frederic Roques egis

Convaincu que seul le fait d’être acteur de son destin permet d’être heureux au travail, il met en œuvre un chantier dans lequel les 750 salariés redéfinissent la vision et la culture de l’entreprise. Parallèlement, les membres du Comité de Direction décident de se nourrir de ce qui se passe à l’extérieur de la société.

C’est ainsi qu’en avril 2014, ils visitent inov-On. Frédéric Roques nous explique en quoi cette rencontre a été décisive dans leur propre quête du bonheur au travail.

« Pendant notre visite, il s’est passé quelque chose dont je n’ai pas mesuré l’importance. Lorsque les collaborateurs d’inov-On racontent leur histoire, ils mentionnent leur « saut en parachute ». Sur le moment, cela a suscité un débat autour de la question de savoir si, oui ou non, nous avions fait notre propre « saut ». Et puis, ce dont je ne me suis pas rendu compte c’est que ce débat a perduré au-delà de la visite. Un jour, mon équipe est venue me voir en disant : « Cette histoire de saut en parachute nous perturbe un peu et nous aimerions pouvoir y réfléchir en séminaire. S’il y a quelque chose à faire en la matière, l’évènement du mois de juin [grand-messe] que nous sommes en train de préparer pourrait être une bonne occasion. Par contre, nous voudrions nous réunir sans toi. »

J’étais un peu surpris par la démarche mais surtout je n’avais pas mesuré combien le débat du saut en parachute avait pris de l’ampleur. Ils se sont donc réunis – pour l’anecdote, dans un couvent – durant 48 heures au bout desquelles ils m’ont appelé pour me dire qu’ils avaient pris une décision. En fait, ils avaient conclu qu’ils étaient, à leur poste, un obstacle à la mise en œuvre du projet en cours et qu’ils avaient l’intention, lors de la grandmesse, de monter sur scène pour annoncer leur démission. Ceci, afin d’encourager la mise en place d’une nouvelle organisation plus appropriée à la transformation souhaitée de notre entreprise. Lorsque j’avais lancé ce projet, j’avais dit et répété que moi présent nous ne changerions jamais d’organisation. A l’origine, ce n’était pas un projet d’organisation mais de changement de culture. Ma première réaction a donc été négative.

Et puis force est de constater, à la lumière de ce qui avait émergé dans les différents séminaires, que ce qu’ils souhaitaient faire était plein de bon sens et qu’ils avaient certainement raison. Le 19 juin 2014, devant des clients, des responsables du groupe…, devant une assistance ébahie, ils sont tous montés sur scène pour démissionner. Nous avons annoncé que nous souhaitions faire évoluer l’organisation et que ce serait les collaborateurs qui le feraient. Ils avaient six mois pour définir la nouvelle organisation en se structurant comme ils le voulaient. L’élan a été impressionnant : 400 collaborateurs se sont mobilisés pour créer 48 groupes de travail. Ils ont ensuite désigné eux-mêmes des animateurs et choisi un comité de pilotage afin de coordonner les groupes de travail entre eux. Dès la fin octobre la nouvelle organisation était définie ! Nous leur avons alors demandé de choisir eux-mêmes leurs nouveaux responsables.

Au 1er janvier 2015, nous avons mis en place la nouvelle organisation qui compte désormais 27 managers (contre 69 auparavant) et dont le rôle n’est plus de prendre les décisions mais de créer les conditions favorables à la prise de décisions par leurs collaborateurs. »

Partager l'article :Share on Facebook31Tweet about this on TwitterShare on Google+6Share on LinkedIn276Email this to someone

A propos de l'auteur

Alexandre GERARD

Co-Animateur du groupe inov-On où nous tentons de cultiver une certaine idée du bonheur...